Vidéo interview d’expert : bonnes pratiques

Media indiscutable et inévitable, les vidéos connaissent un succès mondial.

Près de 56 % de la population française regarde une vidéo au moins une fois par mois (2019). Les hommes regarderaient en moyenne 85 vidéos par mois et 58 pour les femmes1.
Le temps passé à regarder ce format augmente également chaque année. Et il est de 6,48 heures par semaine en moyenne2.
Il est donc indispensable de faire des vidéos.

Alors quelles sont les bonnes pratiques de la vidéo d’expert ?

Premier point : La sélection de l’expert

Il doit :

  • Véhiculer les valeurs de votre laboratoire/société
  • Être légitime pour porter les messages que vous souhaitez qu’il diffuse
  • Être à l’aise devant une caméra

N’oubliez pas les délais de contractualisation et de dépôt CNOM. Si le montant de sa rémunération est inférieur à 2000 euros vous pouvez entrer dans les critères d’une déclaration simplifiée qui nécessite d’être déposée 8 jours ouvrables avant le début de la collaboration.

Deuxième point : définir le format de la vidéo et repérer les spécificités liées

La vidéo descendante :

  • C’est-à-dire un expert face caméra
  • Prévoyez une durée de 3 à 5 minutes
  • Dans l’idéal il faut 2 caméras : 1 plan face, 1 plan profil
  • Niveau organisation : l’objectif est de valider le chapitrage de la vidéo. Il faut à minima 2 chapitres. Ces deux chapitres permettront à votre monteur de dynamiser la vidéo

 

La vidéo illustrée :

  • Il s’agit d’une vidéo descendante sur laquelle des éléments motion design sont intégrés.
  • Les règles de base timing et caméra sont identiques à la vidéo descendante, même si nous sommes plus proches des 5 minutes que des 3 du fait de toutes les animations complémentaires qui vont venir enrichir la vidéo.
  • Ce qui change c’est la prise de vue. Pensez-bien garder de la marge à droite ou à gauche de votre expert afin de pouvoir venir y placer des mots clés, de l’icono ou de l’animation

 

Si vous êtes sur une interview :

  • C’est-à-dire un échange entre deux personnes
  • Prévoyez une durée de 5 à 7 minutes
  • Dans l’idéal il faut également 3 caméras : 1 sur l’interviewé, 1 sur l’intervieweur, 1 plan large
  • Dans le cadre de l’interview si votre réglementaire le permet, faites valider en amont du tournage un fil conducteur construit directement par les deux protagonistes. Cela permet de les impliquer dans le projet, de les faire échanger en amont. De plus cela vous permet d’anticiper le timing final de la vidéo.

Troisième point : le référentiel tournage

Nous vous conseillons avant tout tournage d’être en possession d’un référentiel tournage. Ce document réalisé par l’équipe projet, sert à la fois aux équipes marketing, médical et réglementaire du laboratoire mais aussi au réalisateur. Il contient notamment :

  • Le fil conducteur de la vidéo avec les principaux timings pour respecter les délais impartis
  • Le planning de tournage avec le temps de placement matériel et des différentes répétitions
  • Les messages clés à diffuser impérativement
  • Et à l’inverse les mots à ne pas employer
  • Le nombre et le placement des caméras
  • Les directives de montage
  • Mais aussi les informations à diffuser à ou aux experts : éviter les vêtements à rayures, à petits carreaux, à pied de poule, ou tout motif qui vrille à l’écran. Éviter également les bijoux bruyants et les colliers qui pourraient venir taper le micro-cravate !

Quatrième point : Le jour J

Si votre expert porte des lunettes vérifiez bien que le reflet dans la caméra est minime.
Attention à la lumière et à la luminosité, un puit de lumière sur un crâne chauve effet garantit !
Enfin avant de vous lancer pensez à détendre l’expert, en lui offrant par exemple un verre d’eau qui permettra de plus d’éviter les bruits de bouche sèche dans le micro-cravate.
Si cela n’a pas été indiqué dans le contrat faites-lui également remplir une cession de droit à l’image.
Attention à bien anticiper les supports et la portée géographique. Mieux vaut, si l’expert vous l’accorde voir large afin de ne pas être limité dans le temps.

Enfin pensez également à l’habillage graphique et sonore :

Plus communément appelé Jingle, il permet de créer une image de marque de la vidéo. Lorsqu’il s’agit d’un type d’interview récurrent l’habillage graphique et sonore assoit la vidéo dans une série déjà produite.
Cet habillage permet aussi, par exemple, de présenter l’expert interviewé et son lieu d’exercice, ou encore le sujet de la vidéo !
Enfin il ne faut pas oublier l’outro vidéo (le jingle de clôture) qui vous permet ici de placer votre logo !

Cas pratique : Programme Support’AIR

Découvrez Support’AIR : un programme de vidéos d’activités physiques adaptées pour les patients atteint de maladie respiratoire, comme le sont la BPCO (Bronchopneumopathie Chronique Obstructive) ou l’asthme.

Les exercices ont été mis au point par le duo Dr Arnaud Chambellan, pneumologue, et adaptés avec l’aide de Florence Masnada, sportive olympique médaillé en ski alpin.

Retrouvez le détail complet de ce programme ainsi que les vidéos d’activités physiques adaptées.

Partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur linkedin