La journée mondiale consacrée à la santé

Chaque 7 avril, des centaines d’organisations, institutionnelles ou non, organisent à travers le monde la journée mondiale de la santé. Après plusieurs années focalisées sur la pandémie de la Covid-19, la journée mondiale 2024 est consacrée au thème “ma santé, mon droit”. Le droit à la santé et à l’accès à des soins de qualité est en effet l’un des droits fondamentaux de l’être humain.  .



La journée mondiale de la santé, événement institué peu après la création de l’OMS

La Journée Mondiale de la Santé est célébrée chaque année le 7 avril depuis 1950, en référence à la création de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le 7 avril 1948. Chaque année, un thème différent est choisi, en fonction des priorités de santé mises en avant par l’OMS. “Notre santé, nos droits” est le thème de l’année 2024. Il se décline en plusieurs messages clés, adressés au grand public et aux autorités de santé publique.. Chaque être humain a des droits en matière de santé, des droits que chaque individu doit connaître, et que les gouvernements doivent défendre et favoriser. Actuellement, au moins 140 pays dans le monde reconnaissent la santé comme un droit humain constitutionnel.

En Europe, la journée mondiale de la santé est organisée par l’OMS/Europe, avec des événements en lien avec la thématique de l’année. L’occasion de rappeler cette année, que même en Europe, le droit à la santé de millions de personnes est de plus en plus menacé. À l’origine de ces menaces, les conflits, les catastrophes naturelles et le dérèglement climatique. 



La santé, au-delà de la simple absence de maladies

Célébrer la santé au niveau mondial est l’occasion de rappeler la définition de la santé. Dès sa création, l’OMS s’est engagé à définir la santé, comme « un état de complet bien-être physique, mental et social, [qui] ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité ». Cette définition apparaît beaucoup plus large que la perception générale, qui limite souvent la santé à la simple absence de maladie physique. 

La santé est un concept global, qui inclut : 

  • La santé physique, c’est-à-dire l’absence de maladies aiguës ou chroniques impactant les grandes fonctions physiologiques de l’organisme ;
  • La santé mentale, c’est-à-dire l’absence de troubles psychologiques ou psychiatriques ;
  • La santé sociale, c’est-à-dire l’absence de facteurs sociaux, environnementaux susceptibles d’impacter la santé physique et mentale. Selon l’OMS, les déterminants sociaux de la santé sont « les circonstances dans lesquelles les individus naissent, grandissent, vivent, travaillent et vieillissent ainsi que les systèmes mis en place pour faire face à la maladie ».
  • L’absence d’infirmité, c’est-à-dire l’absence de handicap, qu’il soit visible ou invisible. 

 

Santé et bien-être sont par ailleurs indissociables, et se traduisent en termes de qualité de vie de l’être humain. 

Toutes les dimensions de la santé et du bien-être de l’individu sont prises en compte dans cette définition. L’objectif de l’OMS et des autorités de santé publique est alors de permettre à chaque être humain d’atteindre et de rester en bonne santé. Un tel objectif repose sur deux piliers : 

  • La prévention pour éviter que les problèmes de santé ne surviennent ;
  • La prise en charge des problèmes de santé, une fois qu’ils sont présents. 

 

Plusieurs instruments juridiques internationaux reconnaissent un droit à la santé, impliquant à la fois des libertés et des droits, comme le droit à l’accès aux soins de santé. Le droit à la santé est un droit fondamental de toute personne, qu’elle soit mineure ou majeure. En France, la Loi n° 2009 – 879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l’hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires, dite Loi HPST, consacre près d’une quarantaine d’articles à ce droit fondamental.

 

Santé et santé publique

La définition de l’OMS de la santé est une définition individuelle de la santé. Un individu est en bonne santé ou ne l’est pas. La santé publique, quant à elle, s’intéresse à la santé des communautés, des populations, à l’échelle d’une région, d’un pays ou du monde entier. Elle est la préoccupation des autorités de santé publique et des États. 

La perception individuelle de la santé varie en fonction de plusieurs paramètres : 

  • Les individus, tout le monde n’a pas la même conception de la santé ;
  • Les époques, la santé ne se définit pas aujourd’hui comme au XIXème siècle ;
  • Les civilisations, la médecine traditionnelle chinoise ne repose sur les mêmes principes que la médecine allopathique occidentale ;
  • Les environnements, être en bonne santé n’a pas la même signification en France métropolitaine qu’au fin fond de la forêt amazonienne. 

 

Le concept de santé publique a été défini en 1992 par l’OMS comme les « efforts systématiques faits pour identifier les besoins de santé et pour organiser l’ensemble des services ». Si historiquement la santé publique s’intéressait principalement à l’hygiène et à la lutte contre les maladies transmissibles, son champ d’intervention s’est aujourd’hui élargi à : 

  • La prévention, 
  • La surveillance et le contrôle des maladies transmissibles et non transmissibles, 
  • La surveillance de l’état sanitaire de la population, 
  • La promotion de la santé, 
  • La santé au travail, 
  • La protection de l’environnement, 
  • La planification et la gestion de la politique sanitaire (législation, réglementation, etc.), 
  • Les services de santé auprès des groupes vulnérables et à risque.

 

Santé individuelle et santé publique ont leurs enjeux respectifs. 

 

Comment est organisé le système de santé français ?

En France, le système de santé s’articule autour de différentes structures sanitaires, médico-sociales, sociales et ambulatoires, qui permettent de prendre en compte toutes les dimensions de la santé. Il s’organise également en trois niveaux géographiques : 

  • Le niveau national dont la vocation est de piloter les politiques publiques en matière de santé, avec des structures comme la Haute Autorité de Santé (HAS) ou la Direction Générale de la Santé (DGS) sous l’égide du Ministère de la Santé
  • Le niveau régional décline pour chaque région la politique nationale de santé. Il est assuré actuellement par les agences régionales de santé (ARS)
  • Le niveau local assure la prise en charge sanitaire, médico-sociale et sociale des Français au sein de l’ensemble des établissements de santé, mais aussi des structures de ville (cabinets médicaux et paramédicaux, pharmacies d’officine, centres de santé, …). 

 

En matière de santé publique, la France s’est dotée dès 1945 d’un organisme consacré à l’éducation et à la promotion de la santé. Cet organisme, le Centre National d’Éducation Sanitaire Démographique et Sociale, a depuis changé plusieurs fois de nom :

  • En 1972, il devient le CFES, le Comité Français d’Éducation pour la Santé ;
  • En 2002, le CFES est remplacé par l’INPES, l’Institut National de Prévention et d’Éducation pour la Santé ;
  • En 2016, l’INPES est dissoute au profit de la création de Santé Publique France, également appelée l’Agence Nationale de Santé Publique. 

 

À chaque étape, l’organisme consacré à la santé publique voit ses missions s’élargir pour prendre en compte toutes les dimensions et tous les enjeux de la santé des Français. Santé Publique France est un établissement public administratif sous tutelle du ministère chargé de la Santé. Sa mission est d’améliorer et de protéger la santé des populations, selon trois axes majeurs : 

  • Anticiper ;
  • Comprendre ;
  • Agir.

 

Chaque année, Santé Publique France organise les Rencontres de Santé publique France, qui  accueillent durant 2 à 3 jours près de 1200 personnes pour assister aux conférences plénières, sessions parallèles, ateliers, séminaires et partager différentes expériences en matière de veille sanitaire, d’actions de prévention et d’intervention entre pairs. Les prochaines rencontres de Santé Publique France se tiendront en format hybride les 13 et 14 juin 2024 au Beffroi de Montrouge à Paris. 



Sources : 

Partager