Journée mondiale du rein

9 mars : Journée mondiale du rein

Si nous n’avons qu’un cœur et que les messages de santé publique insistent bien sur son importance, le caractère vital de nos deux reins est plus souvent passé sous silence. Et pourtant ! D’ici 2040, les maladies rénales chroniques seront la cinquième cause de décès au niveau mondial. Environ 5,7 millions de Français sont touchés par la maladie rénale chronique, des personnes âgées, mais aussi des enfants et des jeunes adultes. Et la situation se dégrade. Entre 2012 et 2023, le nombre de patients au dernier stade de l’insuffisance rénale chronique a augmenté de 36 %. 

 

La journée mondiale du rein

La journée mondiale du rein est organisée au niveau mondial par le World Kidney Day. Pour l’année 2024, le thème choisi est “promouvoir un accès équitable aux soins et aux pratiques optimales de soins”. En France, la journée mondiale du rein est marquée par un colloque thématique, organisé en lien avec des acteurs clés de la prise en charge et de l’accompagnement des patients, tels que la Fondation du Rein, l’association France Rein, la Société Francophone de néphrologie, dialyse et transplantation (SFNDT), la Société de Néphrologie Pédiatrique ou encore l’Association pour l’information et la recherche sur les maladies rénales génétiques (AIRG France). Cette année, ce colloque se déroulera le 13 mars à l’Académie Nationale de Médecine sur le thème “De la prévention aux traitements pour tous”. 

Autre temps fort de l’année consacré à la santé des reins, la semaine nationale du rein, organisée par l’association France Rein. Cette année, la 19ème édition aura lieu du 9 au 16 mars 2024. L’occasion pour chaque Français de se préoccuper de la santé de ses reins, en se faisant dépister ! 

 

Parler des reins, pour sensibiliser sur la maladie rénale chronique et l’insuffisance rénale

Les reins sont deux petits organes en forme de haricot, situés dans la région lombaire, de part et d’autre de la colonne vertébrale. Leur fonction principale, filtrer le sang pour éliminer les déchets de l’organisme, toxiques pour les cellules et les tissus. Quotidiennement, ils filtrent toutes les 30 minutes la totalité du sang de l’organisme. Et ce n’est pas leur seule fonction ! Ils participent également à la régulation de la pression artérielle, sécrètent plusieurs hormones, dont l’érythropoïétine (EPO) et la rénine, et produisent la forme active de la vitamine D. 

Les reins peuvent être la cible de multiples affections aiguës ou chroniques, appelées des néphropathies : des infections, des maladies génétiques, des intoxications, des traumatismes, etc. L’altération de la fonction rénale sur une période de plus de 3 mois constitue la maladie rénale chronique. La maladie rénale chronique, en l’absence de traitements et de mesures adaptés, peut évoluer vers l’insuffisance rénale chronique, c’est-à-dire lorsque les reins ne remplissent plus leurs fonctions physiologiques. Les spécialistes distinguent cinq stades d’évolution de la maladie rénale chronique jusqu’au stade ultime de l’insuffisance rénale chronique. A ce stade, la dialyse ou la transplantation rénale deviennent nécessaires pour suppléer les reins défaillants. 

Pour sensibiliser sur la santé rénale, faire avancer la prise en charge et les droits des patients, les associations de patients sont au premier plan. Parmi elles, l’association Renaloo, qui porte la voix des malades depuis plus de 20 ans. 

 

Quand prendre des médicaments provoque l’insuffisance rénale !

Dans la moitié des cas, la maladie rénale chronique se développe sur fond de diabète sucré (diabète de type 1 ou diabète de type 2) ou d’hypertension artérielle. Il est ainsi possible de superposer les facteurs de risque cardiovasculaire aux facteurs de risque rénaux. Quand le cœur est en danger, les reins ne sont généralement pas épargnés. 

Mais d’autres menaces planent sur les reins, notamment la prise de médicaments. S’il existe une liste de médicaments connus pour leur néphrotoxicité, tous les médicaments, et même des compléments alimentaires, sont susceptibles d’impacter le bon fonctionnement des reins. Deux exemples à connaître, l’ibuprofène et les autres anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et la vitamine C. Les AINS, quel que soit leur mode d’administration, peuvent être néphrotoxiques. Même sous forme de gel appliqué très régulièrement sur une zone douloureuse ! Quant à la vitamine C, à forte dose, elle peut provoquer la formation de cristaux capables de léser les reins. L’organisme a besoin de seulement 100 mg de vitamine C par jour pour couvrir ses besoins… 

Pour prendre soin de ses reins, il faut limiter le recours aux médicaments et aux compléments alimentaires et toujours demander conseil à un professionnel de santé !

 

Quand les reins ne fonctionnent plus … 

La maladie rénale chronique est une maladie sournoise, elle se développe silencieusement sur des années, parfois des dizaines d’années, avant que les premiers signes apparaissent. De plus, si un seul des reins est touché, le rein en bonne santé va compenser. La maladie du rein passe alors inaperçue.Le dépistage de la maladie rénale est fondamental pour détecter précocement l’altération de la fonction rénale. Évaluer la fonction rénale pour dépister la maladie rénale chronique est très simple. Une prise de sang et une analyse d’urines suffisent. Ce dépistage est recommandé annuellement chez toutes les personnes qui présentent au moins un facteur de risque (hypertension artérielle, diabète, obésité, maladies cardiovasculaires, antécédents familiaux de maladies rénales, …). 

Pour prévenir l’évolution de la maladie rénale chronique, le néphrologue peut mettre en place des traitements néphroprotecteurs. Grâce aux progrès thérapeutiques, ces traitements peuvent aujourd’hui retarder d’au moins 10 ans l’évolution vers les derniers stades d’insuffisance rénale. 

En France en 2023, environ 100 000 patients sont dialysés ou transplantés rénaux. Ces traitements de suppléance deviennent nécessaires, quand les reins ne sont plus capables de filtrer correctement le sang. La dialyse, quelle que soit ses modalités (hémodialyse ou dialyse péritonéale), est une contrainte majeure au quotidien. Travailler, sortir, partir en vacances deviennent de véritables défis pour les patients dialysés. La transplantation rénale, possible avec un rein issu de donneur décédé ou de donneur vivant, peut permettre de retrouver une fonction rénale normale, au prix d’un traitement anti-rejet à vie. En 2022 en France, 3 376 greffes rénales ont été effectuées, dont 511 à partir de donneur vivant. 

Prendre soin de ses reins au quotidien, se faire dépister sont essentiels pour prévenir la maladie rénale chronique et l’insuffisance rénale. Manger sain et équilibré, bouger, faire du sport, prendre des médicaments uniquement en cas de besoin sont des gestes essentiels pour préserver la santé de ses reins !



Sources : 

    Pour en savoir plus 

Partager