Un côlon géant pour sensibiliser sur le cancer colorectal

Côlon Tour® : un côlon géant pour sensibiliser sur le cancer colorectal.

D’après le dernier Panorama des Cancers, publié par l’Institut National du Cancer en 2023, le cancer colorectal est le troisième cancer le plus fréquent chez l’homme (26 212 cas en 2023) et le second cancer le plus fréquent chez la femme (21370 cas en 2023). Entre 2010 et 2023, l’incidence a légèrement chuté chez les hommes, mais elle a augmenté chez les femmes. Le cancer colorectal représente ainsi un enjeu majeur de santé publique, qui mobilise différents acteurs, institutionnels ou non. Parmi les initiatives menées pour sensibiliser les Français sur le cancer colorectal, figure le Côlon Tour®.  

 

Le Côlon Tour®

Le Côlon Tour® est un événement initié en 2012 par trois acteurs clés, la Société Française d’Endoscopie Digestive (SFED), la fondation ARCAD (Aide et Recherche en Cancérologie Digestive) et la Ligue contre le Cancer, avec l’objectif de prévenir, d’informer et de sensibiliser au dépistage du cancer colorectal. 

Comme son nom l’indique, le Côlon Tour® est une opération itinérante, qui va en 2024 parcourir plus de 80 villes à travers toute la France entre le 27 février et le 30 mars. Dans certaines villes, sont organisées des animations, des stands d’activité ou encore des jeux basés sur la réalité virtuelle. 

Cette initiative se démarque par son originalité, avec une structure gonflable d’un côlon géant, véritable plateforme virtuelle immersive. Les visiteurs peuvent ainsi voyager à l’intérieur du côlon géant et observer de manière interactive : 

  • Une partie saine du côlon ;
  • Les différentes lésions susceptibles d’affecter le côlon : 
    • Des diverticules pouvant témoigner de l’existence d’une diverticulite du côlon ;
    • Différents types de polypes, plans, sessiles ou pédiculés ;
  • L’évolution de certaines de ces lésions vers un cancer colorectal. 

 

Cette approche ludique se veut également pédagogique pour inciter les visiteurs à se faire dépister ! Détecté tôt, le cancer colorectal se guérit aujourd’hui dans 9 cas sur 10. Pourtant, la participation des Français au dépistage organisé du cancer colorectal reste encore très insuffisante. Sur les 17,7 millions de Français éligibles en 2021 et 2022, seuls 35,3 % des femmes et 33,2 % des hommes ont participé au dépistage. 

 

Un événement clé de Mars Bleu

Le Côlon Tour® se positionne comme un événement majeur, point de départ d’envergure de Mars Bleu, le mois consacré à la sensibilisation au cancer colorectal. Parmi les objectifs principaux du Côlon Tour® et de Mars Bleu, inciter les Français à se faire dépister. 

En France, le dépistage organisé du cancer colorectal s’adresse à tous les Français âgés de 50 à 74 ans, puisque près de 95 % des cancers colorectaux se développent après l’âge de 50 ans. Ce dépistage repose sur la recherche de traces de sang, invisibles à l’œil nu, dans les selles. 

Le test de dépistage est : 

  • Simple, basé sur un simple prélèvement de selles et sans manipulation des selles ;
  • Indolore ;
  • Performant, puisque le test permet de détecter efficacement les lésions précancéreuses et cancéreuses ;
  • Fiable ;
  • Gratuit, avec un kit remis gratuitement aux Français éligibles.

Si du sang est retrouvé dans l’échantillon de selles, une coloscopie est effectuée pour rechercher des lésions précancéreuses ou cancéreuses. 

En pratique, les Français éligibles reçoivent un courrier tous les 2 ans, les invitant à participer au programme national de dépistage. Pour faciliter l’accès au kit de dépistage, plusieurs modalités ont été mises en place : 

  • La remise d’un kit de dépistage par le médecin traitant, par un gynécologue, par un gastro-entérologue ou par un médecin d’un centre d’examen de santé du régime général de l’Assurance Maladie (CES) ;
  • La commande d’un kit de dépistage en ligne, sur le site monkit.dépistage-colorectal.fr ;
  • L’obtention d’un kit de dépistage dans une pharmacie d’officine. 

 

Le test de dépistage est effectué par le patient lui-même à son domicile, quand il le souhaite. Il envoie ensuite une enveloppe T pré-identifiée au laboratoire chargé de l’analyser et reçoit les résultats quelques jours plus tard. Environ 4 % des tests sont positifs, mais un test positif ne signifie pas nécessairement qu’il y a un cancer. Seule la coloscopie pourra le déterminer avec certitude. 

Ce programme national de dépistage s’adresse à toutes les personnes âgées de 50 à 74 ans, sans facteur de risque particulier. Il faut savoir que certaines personnes présentant des facteurs de risque particulier (antécédents personnels ou familiaux de polypes du côlon, de cancer colorectal ou de maladie inflammatoire chronique de l’intestin (maladie de Crohn, rectocolite hémorragique) bénéficient d’un suivi spécifique adapté. 

Pour en savoir plus sur le test de dépistage et sur le cancer colorectal, l’Assurance Maladie a développé deux bandes dessinées, téléchargeables gratuitement, l’une sur le test de dépistage, l’autre sur la prévention du cancer colorectal

 

L’événement pour la première fois dans les facultés de pharmacie

Pour la première fois cette année, le Côlon Tour® sera également présent dans 16 facultés de pharmacie. La structure gonflable d’un côlon géant sera installée dans les facultés pour sensibiliser les futurs pharmaciens au dépistage du cancer colorectal. 

Ce tour de France des facultés de pharmacie a été rendu possible grâce au partenariat entre l’ANEPF (Association Nationale des Etudiants en Pharmacie de France) et la Ligue Contre le Cancer. L’objectif est de faire prendre conscience aux étudiants en pharmacie de leur futur rôle d’acteur de santé publique. Dans les pharmacies, les pharmaciens peuvent désormais proposer les kits de dépistage du cancer colorectal et informer sur les moyens de prévention contre ce cancer. Car au-delà du dépistage, chacun peut agir à son niveau face au cancer colorectal en : 

  • Réduisant sa consommation d’alcool (en 2015, 21 % des cancers colorectaux étaient directement liés à la consommation d’alcool) ;
  • Luttant contre la sédentarité et l’inactivité physique ;
  • En contrôlant son poids corporel ; 
  • En mangeant plus d’aliments riches en fibres ; 
  • En limitant sa consommation de viande rouge et de charcuterie. 

 

Autant de facteurs de risque modifiables du cancer colorectal !



Sources : 

Partager