L’agence de la biomédecine et Booska-P pour le don de moëlle osseuse

L’agence de la biomédecine et Booska-P

L’Agence de la Biomédecine (ABM), qui coordonne en France les activités de prélèvement (hormis les produits sanguins) et de greffe, et le média Booska-P, magazine en ligne d’information sur le rap et les cultures urbaines, ont récemment collaboré autour d’un même enjeu de santé publique, le don de moelle osseuse. Le registre national des donneurs volontaires de moelle osseuse compte plus de 311 000 donneurs et plus de 37 000 unités de sang placentaire. Pour augmenter les chances de trouver un donneur compatible pour chaque malade qui en a besoin, le registre doit se masculiniser, se diversifier et se rajeunir. 

Masculiniser, rajeunir et diversifier le registre national des donneurs volontaires de moelle osseuse

A l’occasion de la 9ème journée mondiale pour le don de moelle osseuse le 16 septembre 2023, l’Agence de la Biomédecine regrettait le manque d’implication des hommes dans le don de moelle osseuse. En juin 2023, les nouveaux inscrits sur le registre national des donneurs étaient majoritairement des femmes (65 %), alors que les prélèvements de moelle osseuse réalisés chaque année sont principalement effectués chez des donneurs masculins (70 %). Pourquoi les donneurs sont-ils privilégiés par rapport aux donneuses ? Chez les femmes, se développent naturellement à chaque grossesse des anticorps, qui peuvent perturber la greffe de moelle osseuse. Des anticorps qui n’existent pas chez les hommes. 

Mais le sexe des donneurs n’est pas le seul critère recherché par l’Agence de Biomédecine pour étoffer le registre national des donneurs de moelle osseuse. Depuis 2022, l’Agence de Biomédecine se fixe deux objectifs pour le registre : 

  • rajeunir le registre : plus le donneur est jeune, plus le greffon sera riche en cellules souches hématopoïétiques et meilleures seront les chances de guérison pour la personne malade ! Les hommes de 18 à 35 ans sont les candidats idéaux. 
  • diversifier le registre : pour réaliser une greffe de moelle osseuse, il faut trouver un donneur compatible avec le receveur. Chaque receveur a son propre profil génétique, en partie déterminé par son origine géographique et son histoire génétique familiale. Pour augmenter les chances de trouver un donneur compatible, il est important que le registre soit aussi diversifié que l’est la population française. Les publics afro-descendants, subsahariens, maghrébins, asiatiques ou métisses sont invités à s’inscrire sur le registre. 

L’audience de Booska-P au service du don de moelle osseuse

Média spécialisé dans le rap et les cultures urbaines, Booska-P touche un public jeune et diversifié. Sur Instagram, le média touche plus de 2 millions de followers. En partenariat avec l’Agence de Biomédecine, Booska-P a relayé deux vidéos de sensibilisation au don de moelle osseuse sur son compte Instagram. Parallèlement, Booska-P a rédigé un article sur ce sujet sur son site internet. Le public de Booska-P est ainsi sensibilisé au don de moelle osseuse. 

Les deux vidéos de sensibilisation mettent en scène Antoinette, patiente sauvée par une greffe de moelle osseuse et Amine, donneur inscrit sur le registre. Au-delà de montrer l’importance du don de moelle osseuse, ces vidéos ont également pour objectif de combattre quelques idées reçues sur le don. 

Qu’est-ce que la moelle osseuse ? Rien à voir avec la moelle épinière du système nerveux central ! La moelle osseuse est la substance contenue à l’intérieur des os, en particulier des os plats. Elle renferme des cellules souches hématopoïétiques, à l’origine de toutes les cellules sanguines : les globules rouges, les globules blancs et les plaquettes sanguines. Quand la moelle osseuse n’assure plus correctement ses fonctions, la circulation du sang et le système immunitaire dysfonctionnent et mettent la vie en péril.  

Donner sa moelle osseuse est-il risqué ? Le don de moelle osseuse consiste à prélever des cellules souches hématopoïétiques par deux techniques

  • une ponction dans les os postérieurs du bassin
  • un prélèvement dans le sang par cytaphérèse.

 

Actuellement, les dons de moelle osseuse sont effectués à 80 % par cytaphérèse. Le don ressemble alors à un prélèvement de plaquettes, et dure environ 4 heures. 

A noter qu’il existe une autre source de cellules souches hématopoïétiques, le sang placentaire ou sang de cordon ombilical. Les femmes qui le souhaitent peuvent faire don du sang placentaire à l’issue de l’accouchement. Un geste sans aucune incidence sur la grossesse, l’accouchement et la santé de l’enfant. 

Le don de moelle osseuse, un acte solidaire, volontaire, anonyme et gratuit pour sauver une vie

S’inscrire sur le registre national des donneurs volontaires ne signifie pas systématiquement donner sa moelle osseuse. Certains donneurs ne sont jamais contactés. D’autres peuvent être contactés très rapidement après leur inscription. En moyenne, il s’écoule environ 8 ans entre le moment de l’inscription et le don. 

Tout le monde ne peut pas s’inscrire sur le registre. Trois conditions doivent être remplies : 

  • être en parfaite santé
  • être âgé de 18 à 35 ans (le don peut ensuite être effectué jusqu’à l’âge de 60 ans)
  • répondre à un questionnaire médical et effectuer un prélèvement de sang ou de salive pour déterminer la carte d’identité biologique du donneur (celle qui servira à évaluer la compatibilité avec le receveur). 

 

S’inscrire, c’est offrir le don de vie à une personne malade, atteinte de leucémie, d’aplasie médullaire, de myélodysplasie, d’anémie de Fanconi, de déficits immunitaires congénitaux ou encore d’adrénoleucodystrophie. Des enfants et des adultes, dont la vie dépend de ce don. Au cours de l’année 2022, 2 625 greffes de cellules souches hématopoïétiques ont été effectuées en France pour 2 533 patients. Parmi ces greffes, 328 ont été effectuées chez 296 enfants. 

 

Pour tout savoir sur la moelle osseuse, le don et la greffe, et s’inscrire sur le registre, rendez-vous sur le site : www.dondemoelleosseuse.fr

Sources 

Partager